Partage de l'énergie en Méditerranée orientale dans le contexte du droit international

Sosyal Medyada Paylaş!

Partage de l'énergie en Méditerranée orientale dans le contexte du droit international

La guerre en Ukraine et l'importance croissante du gaz de la Méditerranée orientale pour l'Europe

Avec l'entrée de la Russie en Ukraine, le rôle que le gaz de la Méditerranée orientale pourrait jouer dans la sécurité de l'approvisionnement en gaz de l'Europe a commencé à être discuté. L'Union européenne envisage de mettre fin à sa dépendance vis-à-vis du gaz russe d'ici cinq ans. La Méditerranée orientale est également une région où il existe d'importantes ressources gazières à cet égard. C’est ça le problématique.

Il est à noter que le gaz naturel liquéfié exporté d'Égypte s'est complètement déplacé vers les marchés européens ces derniers mois en raison de l'attractivité des prix. Si les installations de GNL en Égypte peuvent fonctionner à pleine capacité, elles pourraient atteindre 19 milliards de mètres cubes au total. Cependant, le gaz israélien est également nécessaire pour cela. Le dépassement de ce chiffre dépend de nouveaux projets d'infrastructures d'exportation. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'attention est tournée vers le projet de gazoduc Israël-Turquie.

plateau continental et zone économique exclusive

Les définitions actuelles des zones marines peuvent être classées en eaux intérieures, mers territoriales, zone contiguë, plateau continental et zone économique exclusive (ZEE), et enfin mer ouverte, à partir de la côte. Pour comprendre les ressources énergétiques de la Méditerranée orientale, il est nécessaire d'aborder les notions de plateau continental et de ZEE. Les droits sur les ressources naturelles telles que le pétrole et le gaz naturel sous les fonds marins et souterrains sont réservés à l'État côtier doté d'un plateau continental. En règle générale, le plateau continental donne naissance à des droits ipso facto (spontanément) et ab initio (depuis le début) et ces droits n'ont pas besoin d'être déclarés pour cession.

D'autre part, la ZEE est une zone marine qui doit être déclarée, donnant lieu à des droits pour des activités telles que la pêche, la production d'énergie par les vagues et le vent dans la masse d'eau du plateau continental.

 

Le droit international prêche que ces zones doivent d'abord être divisées par accord entre les États riverains. Si cela n'est pas possible, on s'attend à ce qu'il recoure à des solutions pacifiques telles que l'arbitrage et les tribunaux internationaux. En cas d'impossibilité, le droit international prévoit que des solutions temporaires peuvent être appliquées pour profiter de ces richesses naturelles entre les États ayant des intérêts légitimes. En fait, ces principes sont clairement énoncés dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) de 1982. En fin de compte, il modifiera irrévocablement les droits des pays concernés dans les zones maritimes non divisées. Les tentatives telles que l'utilisation unilatérale des ressources naturelles sont considérées comme illégales.

Il n'y a pas eu de division complète du plateau continental entre les États pour l'exploitation des ressources de gaz naturel et de pétrole en Méditerranée orientale. Sans aucun doute, les désaccords concernant la répartition des espaces politiques et maritimes entre les pays riverains, en particulier le problème chypriote, y sont pour beaucoup.

Sans aucun doute, outre le problème chypriote, les tensions avec l'Égypte après le coup d'État égyptien de 2013 et avec Israël après l'attentat du Mavi Marmara ont joué un rôle majeur dans la politique d'isolement de la Turquie dans la région.

Découverte de ressources en hydrocarbures en Méditerranée orientale

La limitation des zones de juridiction maritime est d'une grande importance en raison de la présence de la Syrie, du Liban, d'Israël, de l'Égypte, de la Libye, de la Grèce, de la RTCN et de l'administration chypriote grecque en Méditerranée orientale, à l'exception de la Turquie.

Alors que la Turquie se bat depuis de nombreuses années pour ses droits découlant du droit international dans la région, la question de la limitation des ressources en hydrocarbures a commencé à se poser avec la découverte de ressources en hydrocarbures au début des années 2000 et les pays de la Méditerranée orientale ont pris des mesures dans cette zone.

Bien que la question chypriote n'ait pas été résolue en ignorant l'égalité des droits des Chypriotes turcs, l'administration chypriote grecque a conclu des accords sur les frontières maritimes avec l'Égypte en 2003, le Liban en 2007 et Israël en 2010.

La Turquie et la RTCN se sont fortement opposées à ces accords pour de nombreuses raisons, notamment la violation des droits du plateau continental, et ont averti les pays de la région de ne pas conclure ces accords.

Avec le Forum du gaz de la Méditerranée orientale créé au Caire par l'Égypte, la Grèce, l'administration chypriote grecque et Israël, des acteurs tels que la Turquie, la Libye et le Liban ont été tentés d'être éliminés.

Début 2019, elle a abouti à la création d'une organisation internationale de coopération étroite dans le cadre d'une vision et d'objectifs communs sur le gaz naturel : le Forum du gaz de la Méditerranée orientale (FEAGA). Les pays de la région tels que la Turquie, le Liban, la Syrie et la RTCN n'ont pas participé à cette formation. Actuellement, le Forum compte huit membres (Égypte, Grèce, Israël, Italie, Jordanie, Palestine, Administration chypriote grecque et France) et trois observateurs (États-Unis, UE et Banque mondiale).

Lors de ses réunions avec les pays de la région, l'administration chypriote grecque de Chypre a conclu des accords de délimitation selon le "principe d'égale distance", en considérant l'île de Chypre comme un "continent", mais le principe d'équidistance n'est pas mentionné en règle générale dans la délimitation du plateau continental et de la zone économique exclusive (ZEE).

Selon le principe de "partage équitable", qui est la règle fondamentale du droit international, moins de plateau continental/ZEE peut être accordé aux îles par rapport au continent. À ce stade, de nombreux facteurs sont pris en considération, tels que la taille des îles, la longueur de leurs fronts, leur emplacement et leur distance par rapport au continent.

Accord Turquie-Libye de 2019 conclu conformément aux principes du droit international

Afin de contribuer à l'établissement d'une paix, d'une stabilité et d'une sécurité durables en Libye et de développer des relations dans tous les domaines possibles sur la base du bénéfice mutuel, la Turquie, la Libye et le Premier ministre libyen Fayiz es-Serrac et le président Recep Tayyip Erdoğan ont tenu le " Méditerranée" le 27 novembre 2019. a signé le Mémorandum d'Accord sur la "Limitation de la Juridiction Maritime" et la "Sécurité et Coopération Militaire".

L'accord, qui a été signé conformément au principe d'équité et aux règles du droit international et a également été enregistré par les Nations unies (ONU) en octobre 2020, vise à protéger les droits et les intérêts des deux pays en Méditerranée orientale.

La signature par la Turquie de son deuxième accord avec la Libye, après la République turque de Chypre du Nord (RTCN) sur la délimitation des zones de juridiction maritime, est considérée comme une réalisation importante en termes de politiques qu'elle poursuit en Méditerranée orientale et une grande victoire pour la Turquie diplomatie.

D'autre part, l'accord est une réponse forte aux mesures unilatérales prises par l'administration chypriote grecque (GCA) pour limiter la juridiction maritime depuis 2003, agissant en tant que propriétaire unique de l'île et contraire au principe d'équité.

Carte "Séville" vs. Carte "Patrie Bleue"

La Turquie devrait défendre la thèse de la "patrie bleue" développée conformément aux principes du droit international en Méditerranée orientale contre les pratiques illégales. Dans ce contexte, la Turquie devrait conclure des accords similaires avec la Libye avec d'autres États riverains.

Cependant, la Turquie, favorable à un partage équitable conformément au droit international, réitère son appel à la tenue d'une conférence internationale avec la participation de tous les acteurs riverains de la Méditerranée orientale à chaque occasion.

En conclusion, nous ne pouvons pas savoir ce que l'avenir nous réserve, mais un modèle pragmatique de coopération énergétique régionale qui rassemble tous les pays de la région en se concentrant sur les gains à long terme plutôt que sur les gains politiques à court terme est indispensable pour résoudre le casse-tête géopolitique complexe. de la région. Afin de parvenir à une solution difficile mais pas impossible, il est nécessaire que tous les pays de la région fassent preuve d'efforts, de volonté et de volonté communs. Sinon, la question énergétique, qui est peut-être le seul dénominateur commun de la région, restera dans les mémoires comme une autre occasion manquée dans l'histoire de la Méditerranée orientale.

 

REFERENCES:

Doğu Akdeniz’in Paylaşım Mücadelesi Ve Türkiye- Müstafi Tümamiral Cihat Yaycı, 2020, Kırmızı Kedi Yayınları 

https://kriterdergi.com/dosya-enerjide-donusum/degisen-jeopolitik-dinamikler-isiginda-dogu-akdenizde-enerji-mucadelesi

https://www.bbc.com/turkce/haberler-dunya-54057801

https://www.aa.com.tr/tr/analiz-haber/dogu-akdeniz-enerji-denklemi-ve-uluslararasi-hukuk/1349235

https://www.aa.com.tr/tr/gundem/turkiye-libya-deniz-yetki-anlasmasi-dogu-akdenizde-hak-ve-dengeleri-guvenceye-aldi/2431239